Ecosystemes pastoraux

En zones arides et semi-arides de Tunisie (cas du Gouvernorat de Siliana), la pression anthropique intense et soutenue conduisait à la dégradation des parcours sur de très vastes étendues géographiques. En effet, en conditions dégradées, la charge animale annuelle et l’absence d’un processus de gestion rationnelle engendrent le surpâturage aboutissant incontestablement au phénomène de la désertification.

Par ailleurs, en plus des conditions climatiques difficiles, les causes de dégradation des parcours en zone semi-aride et aride de Tunisie se résument à ce qui suit :

  • arrachage et éradication d’espèces ligneuses, associées à un surpâturage abusif suite à l’abandon de certaines traditions pastorales (rotation des parcours, maintien d’une charge convenable à l’hectare,…).
  • réduction des étendues pastorales en faveur de l’arboriculture fruitière en sec et des cultures céréalières épisodiques, notamment en année pluvieuse.
  • désir accru et croissant des populations locales en vue de l’accroissement des effectifs du cheptel, jusqu’ici considéré comme étant une source de richesse et d’amélioration des revenues des populations locales rurales.
  • recours à du matériel de travail du sol inapproprié.

L’action conjuguée de tous ces facteurs s’est incontestablement traduite par la chute de la production de biomasse, la raréfaction des meilleures espèces pastorales et la prolifération d’espèces peu palatables (cas d’Astragalus armatus subsp. tragacanthoides , de Hammada scopariaet Peganum harmala en Tunisie centrale et méridionale).

Ci-après des exemples de la dégradation des écosystèmes pastoraux et ses conséquences sur la dégradation des ressources en sol au niveau du Gouvernorat de Siliana

 

Dégradation des écosystèmes pastoraux et ses conséquences sur la dégradation des ressources en sol 

 

Dégradation des écosystèmes pastoraux et ses conséquences sur la dégradation des ressources en sol 

 

Problèmes Socio-economiques

Ces problèmes interviennent essentiellement par un effet combiné de plusieurs facteurs. La croissance de la pression démographique, et par conséquent la demande croissante de ressources naturelles, fait que la pression s’accentue sur les écosystèmes des zones semi-arides et arides, accentuant de ce fait le processus de dégradation des ressources naturelles, en particulier le sol, existant dans ces régions.

D’autre part, le faible niveau de vie et la pauvreté, ainsi que le manque d’opportunités économiques, contribuent à l’amplification du phénomène de surpâturage, la demande en bois de chauffage, notamment durant la saison de l’hiver, ainsi que les risques potentiels d’incendies.

Ecosystemes Sylvicoles

L’écosystème forestier constitue souvent un espace à usages multiples (environnemental, récréatif, pour la protection des villes contre les inondations, etc…). La possibilité de sa conservation dans les zones arides et semi-arides constitue un problème complexe du fait de l’hétérogénéité des situations et des contraintes biophysiques et climatiques, ainsi que les multiples usages et pressions anthropiques appliquées.
 
es facteurs de dégradation des forêts concernent différents aspects à caractère politique, socio-économique, écologique et également en relation avec les changements globaux.

Considérations politiques

Les considérations politiques agissent indirectement sur le fonctionnement et l’intégrité de l’écosystème en général. Des initiatives politiques inadéquates de gestion des terres (subventions accentuées, mauvaise gouvernance et faible attention portée à la protection et à l’utilisation durable des ressources naturelles) font aussi partie des facteurs qui provoquent la dégradation et la perte des ressources naturelles dans les zones semi-arides et arides.
 
En outre, la gestion et la conservation des écosystèmes ne peuvent se dissocier des autres systèmes d’utilisation des terres, d’où la nécessité d’une vision intégrale qui essaye de résoudre le problème à l’amont. Un intérêt particulier est à accorder à l’engagement des populations locales, ainsi qu'aux autres acteurs.

Changements globaux

Les effets des changements globaux apparaissent de plus en plus comme étant le principal responsable de nombreuses menaces qui pèsent aujourd’hui sur les écosystèmes et la biodiversité des zones semi-arides et arides. L'ensemble des facteurs défavorables au maintien de l’intégrité écosystémique conduisent à :
  • la dégradation des peuplements forestiers
  • l’absence de la régénération naturelle
  • le faible succès des surfaces reboisées
  • la perte accentuée de la biodiversité
  • la réduction en superficie des espaces générateurs d'emplois et de ressources de vie pour les populations rurales riveraines de la forêt
  • l’érosion et la désertification