Energie

Le mécanisme d’atténuation dans le secteur cimentier

Dans le secteur cimentier, l’Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie (ANME) a lancé une initiative destinée à engager le secteur cimentier tunisien dans un programme volontaire d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre (GES). Cet effort est appuyé par le Ministère de l’Environnement allemand à travers la Coopération allemande au développement (GIZ). L’étape préliminaire de l’initiative tunisienne a été lancée en février 2012 par une note conceptuelle. Ensuite, des bureaux d’étude ont développé en 2013 une étude approfondie qui analyse l’état des lieux dans le secteur cimentier et propose un mécanisme d’atténuation des émissions de GES. Le gouvernement tunisien travaille actuellement à la planification de la mise en œuvre du mécanisme.

Veuillez trouver ici le résumé de l’étude sur l’élaboration d’un mécanisme d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur cimentier en français et anglais.

Source :

ANME/GIZ 2014. Tunisie : un mécanisme d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur cimentier – Paver la voie pour la participation aux nouveaux mécanismes.

energie1 energie2

Cimenterie à Tunis. Source Images : GIZ 

 La NAMA pour le Plan Solaire Tunisien

La Tunisie a préparé la première version de son plan solaire en 2009. L’évaluation des réalisations met en relief la nécessité de mettre à jour le Plan Solaire Tunisien (PST) afin qu’il soit en cohérence avec le Plan Solaire Méditerranéen et plus ambitieux en termes d’impulsion de l’efficacité énergétique et de percée des énergies renouvelables.

La version récente du PST s’inscrit dans une transition vers une économie sobre en énergie et en carbone basée sur deux choix majeurs :

  • Une amélioration considérable de l’efficacité énergétique visant une meilleure maîtrise de la demande d’énergie.
  • Un recours substantiel aux énergies renouvelables visant la diversification du mix énergétique pour la production d’électricité.

Le PST est aussi l’outil opérationnel de mise en œuvre de la stratégie tunisienne en matière de mix électrique en ce qui concerne la partie de production d’électricité d’origine renouvelable.  A ce titre, il focalise uniquement sur la production d’électricité raccordée au réseau et porte plus précisément sur trois filières, à savoir : l’éolien, le PV raccordé au réseau et le solaire thermodynamique (CSP).

Ainsi, l’objectif quantitatif du PST est d’atteindre un taux de pénétration des énergies renouvelables en termes de production électrique d’environ 30% en 2030.

Conformément à la stratégie du mix, le PST prévoit une répartition du mix des énergies renouvelables en 2030 entre les principales filières comme suit :

  • 15% d’éolien (1.545 MW)
  • 10% de solaire PV (1.930 MW)
  • 5% de solaire thermodynamique (600 MW)

Etant donné que le programme présente des impacts très positifs sur l’environnement et notamment les émissions des GES, l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie a entamé en 2013, un processus de développement de NAMA pour le PST. En effet cette NAMA, permettra une réduction des émissions de CO2 d’environ 1 MTCO2e en 2016, 2.5 MTCO2e en 2020 et près de 6 MTCO2e en 2030. En terme cumulé, les émissions évitées de CO2 seraient de l’ordre de :

  • 2,6 MTCO2e sur la période 2013-2016
  • 10 MTCO2e sur a période 2013-2020
  • 53 MTCO2e sur la période 2013‐2030

Les investissements totaux sont estimés à 5.5 milliards d’Euro et proviennent principalement des sources privées.

Source :

ANME 2012. Elaboration d’une nouvelle version du plan solaire tunisien.

La NAMA dans le secteur des bâtiments

En 2012, l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Énergie a élaboré une proposition de NAMA intitulée « Maîtrise de l’énergie dans le secteur des bâtiments en Tunisie ». Cette proposition a été soutenue par le Ministère de l’Environnement Allemand à travers « International Climate Initiative » dans le cadre du projet « Mitigation Momentum ».

L’élaboration de la proposition a été entreprise à travers un processus de consultation impliquant les parties prenantes nationales clés dans les secteurs gouvernemental, privé et de la société civile qui ont joué un rôle central dans l’identification des obstacles aux politiques et programmes actuels dans le secteur des bâtiments et les moyens de les surmonter à travers les activités de la NAMA. La NAMA vise à opérer un changement d’échelle dans le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans le secteur des bâtiments en Tunisie. D’autres impacts socioéconomiques peuvent être associés à cette NAMA tel que : la réduction des coûts liés aux combustibles fossiles à la fois pour le gouvernement et les ménages tunisiens, la création d’emplois, un accès amélioré aux services de chauffage et refroidissement des bâtiments. Les mesures proposées concernent le segment résidentiel aussi bien public que privé. Les segments ciblés couvrent les nouveaux bâtiments et ceux existants, les bâtiments individuels et les bâtiments collectifs.

Les mesures visent trois types de technologies :

  • Le solaire (le chauffage solaire de l’eau se basant sur le programme PROSOL et le solaire PV se basant sur le programme Prosol Elec).
  • L’isolation (se basant sur le programme Promo-Isol+).
  • La recherche se focalisant sur les technologies innovantes de chauffage et de climatisation.

Le potentiel d’atténuation des gaz à effet de serre est résumé dans le tableau suivant :

Réductions des émissions en ktCO2e 2020 2030
Chauffe-eaux solaires 101,42 880,48
Panneaux solaires photovoltaïques 354,68 2529,29
Isolation thermique 753,27 3416,40

Source :

ANME 2014. NAMA : « Maîtrise de l’énergie dans le secteur des bâtiments en Tunisie ».

Print this pageEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0