Accueil > Adaptation au changement climatique > Intégration de l’adaptation dans la planification > Méthodologie – comment intégrer l’adaptation ?

Méthodologie – comment intégrer l’adaptation ?

L’intégration a souvent lieu en conformité avec les étapes génériques décrites dans l’approche en quatre étapes de l’OCDE (voir fiche de méthodes et manuel de formation).

  1. Identifier les vulnérabilités actuelles et futures liées à un contexte de planification ou de décision.
  2. Évaluer le besoin de modification d’un plan ou d’une décision.
  3. Identifier et sélectionner des options sur la manière de modifier un plan ou une décision / d’intégrer des mesures d’adaptation.
  4. Evaluer la réussite des activités d’adaptation.

En outre, la large portée et les points d’entrée multiformes de l’intégration expliqués plus haut impliquent qu’il n’y a pas une approche type pour l’intégration de l’adaptation dans des domaines aussi divers que l’élaboration des politiques nationales, la planification sectorielle, ou le développement d’un projet. Au contraire, l’intégration est appuyée par une multitude de méthodes et outils différents, comme le montrent les exemples ci-dessous.

  • Des outils d’évaluation générale : l’évaluation stratégique environnementale, des politiques et des plans ainsi que les évaluations des incidences sur l’environnement pour les projets peuvent incorporer des réflexions sur les incidences liées aux conditions climatiques.
  • Des outils d’évaluation climatique spécifiques  tels que le prisme climatique / l’amélioration de la résilience au climat : Une autre option pourrait consister à examiner systématiquement un plan ou un programme à travers un processus d’évaluation liés au climat tel que le prisme climatique (voir ci-dessous) dans le but de modifier le plan visant à réduire la vulnérabilité. Ces contrôles sont généralement effectués avant la mise en œuvre, tandis que le suivi et de l’évaluation (voir ci-dessous) ont lieu durant et après la mise en œuvre.
  • Intégration des informations climatiques et de l’évaluation de la vulnérabilité au processus décisionnel : les processus de planification devrait concrétiser et documenter les risques du changement climatique et en tenir compte dans les futurs plans de développement, soit dans le cadre d’outils / processus d’évaluation (voir ci-dessus) ou par des contributions d’experts.
  • Des processus de planification modifiés : les processus de planification et décisionnels pourrait être modifiés de sorte que la réduction des risques climatiques apparaisse comme  partie intégrante du développement et de la mise en œuvre des plans. Un concept utile est fourni par l’approche générique en quatre étapes décrite dans le document d’orientation de l’OCDE.
  • Les listes de contrôle : au cours de l’élaboration du plan ou du projet, les planificateurs peuvent s’appuyer sur des  listes de contrôle sur les risques climatiques potentiels et les options disponibles pour y faire face.
  • Relater le changement climatique dans le plan / projet d’évaluation et de révision : les systèmes de suivi et d’évaluation (S&E) et/ou les exercices d’évaluation pour les plans/projets devraient inclure des aspects de changement climatique et identifier les risques et menaces concrets pour la réalisation des objectifs ainsi que recommander les contre-mesures nécessaires.
  • Prendre en compte le changement climatique dans la budgétisation, les plans de financement/investissement et le financement des produits : les approches efficaces de promotion de la réduction des risques impliquent de réserver certaines proportions des budgets à l’adaptation et d’allouer un budget adéquat à des mesures d’adaptation concrètes. Les systèmes de micro-finance et de micro-assurance aident les communautés locales à s’adapter.
  • Sensibilisation et renforcement des capacités : le fait que les décideurs et leurs conseillers soient mieux informés sur les risques climatiques pourrait favoriser une prise de décision reflétant mieux les enjeux du changement climatique.
  • Les débats et les processus de participation : des consultations de proposition de plan/projet incluant les parties prenantes susceptibles d’être touchées par le changement climatique et des experts en changement climatique, pourraient assurer de meilleures  interventions en vue d’une réduction de la vulnérabilité.
  • L’analyse coûts-avantages (ACA) et l’analyse multicritères (AMC) : des outils analytiques pour appuyer la prise de décision relative aux options les plus appropriées pour des mesures d’adaptation.

Source :

GIZ 2011. Integrer l’adaptation au changement climatique dans la planification du developpement – Une formation pratique basee sur un document d’orientation de l’OCDE.

 

 

 

Print this pageEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0