Decrease font size Decrease font size Decrease font size
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Durant le Sommet sur le développement durable le 25 Septembre 2015, les États membres de l'ONU ont adopté un nouveau programme de développement durable, qui comprend un ensemble de 17 objectifs mondiaux que les Etats séngagent à atteindre díci à 2030. Ils portent sur une multitude de domaines allant l'éradication de la pauvreté et la lutte contre les inégalités à la protection de la planète, en passant par la garantie donnée à tous de pouvoir vivre en sécurité et dans la dignité. Ces objectifs font partie d'un programme de développement visant à aider en priorité les plus vulnérables.

Les Objectifs de Développement Durable se basent sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) tout en étant plus ambitieux et détaillé. Il fixe 17 objectifs mondiaux déclinés en 169 « cibles » à atteindre durant les quinze prochaines années.

La Tunisie aurait tout à gagner en concevant une politique de développement durable inspirée de cette feuille de route pour assurer et attirer des partenaires de développement en vue d’appuyer les investissements étrangers et l’assistance technique de la part des institutions des Nations Unies

La feuille de route des Nations Unies comporte les 17 objectifs suivants. En Tunisie, on pourrait les concevoir d’une manière un peu différente mais qui reste toujours dans la même ligne de mire.

  • Pauvreté: Eradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde. L’objectif semble très difficile à atteindre même dans un pays très développé. Mais il pourrait être reformulé dans notre pays pour viser une diminution du taux de pauvreté. Et si aujourd’hui le taux de pauvreté avoisine les 25% on pourrait viser les 10% dans les quinze années à venir.
  • Faim: Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire , améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. Par contre cet objectif est possible à concrétiser en Tunisie. C’est même un devoir pour tous les gouvernements qui vont se succéder de veiller à ce que plus jamais un tunisien ne meure de faim.
  • Santé: permettre à tous de vivre en bonne santé. Notre pays a réalisé d’énormes progrès dans le domaine de la santé et de l’hygiène des citoyens. Des maladies nombreuses ont été éradiquées. Mais un effort reste à accomplir dans les régions de l’intérieur du pays au niveau de l’infrastructure hospitalière et de l’emploi des cadres médicaux et paramédicaux qui hésitent encore à travailler en dehors des grandes villes côtières.
  • Education: garantir une éducation de qualité et un apprentissage pour tous. Là aussi c’est un domaine où notre pays a beaucoup progressé durant les premières années de l’indépendance. Malheureusement la qualité de l’éducation a régressé ces dernières années. L’éducation est sans aucun doute le pilier de tout développement. Investir dans ce domaine c’est promouvoir la jeunesse tunisienne et la préparer pour son rôle de techniciens de cadres techniques et de dirigeants. Mais nous devons êtres conscients qu’il n’est pas possible de nos jours de réaliser cet objectif tout seul. Une assistance étrangère et un partenariat de coopération dans le domaine de l’éducation est nécessaire. Nous devons apprendre de tous ceux qui s’y connaissent.
  • Egalité entre les sexes: parvenir à l’égalité entre les sexes et autonomiser les femmes et les filles. La Tunisie est dans le bon sillage et n’aura pas de peine à réaliser cet objectif. Eau et assainissement: garantir l’accès à l’eau potable à tous et à l’assainissement. Quelques efforts dans les régions arides sont à accomplir. Dans ce domaine, la situation du pays n’est pas grave.
  • Energie: garantir à tous l’accès à l’énergie propre et à un coût abordable. La réussite dans ce domaine réside dans le développement des énergies alternatives. Investir dans l’énergie solaire pourrait résoudre tous nos problèmes.
  • Travail décent et croissance économique: promouvoir la croissance économique continue pour offrir de l’emploi décent aux citoyens est un des premiers objectifs de la révolution de janvier 2011. Un travail décent assure à l’homme sa dignité. Mais il n’est possible de réaliser cet objectif qu’avec une croissance économique continue. Une politique qui favorise la création des PME d’une part et encourage le travail agricole pour ne pas vider nos riches campagnes devrait au moins assurer l’autosuffisance alimentaire de la population.
  • Industrie: bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable et encourager l’innovation. Cet objectif est tributaire d’une politique d’éducation solide qui favorise la maitrise de la technologie et de ses nouveaux outils. C’est aussi un domaine qui absorbe une masse importante de travailleurs.
  • Inégalités: réduire les inégalités des régions. La solution a été répétée à maintes reprises et consiste à inverser les taux de crédits alloués au développement des régions intérieures et celles de la côte, mais ne semble pas voir le jour. Un effort de développement des régions démunies est urgent.
  • Villes et communautés: la population urbaine ne cesse de croître et les campagnes se vident au fil des jours. En quête de travail la jeunesse se résout à l’exode. L’objectif est de gérer comme il faut les espaces urbains et d'instaurer une discipline de propreté des villes, réhabiliter les bidonsvilles et concevoir une politique d’accès au logement abordable.
  • Consommation: il s’agit de gérer d’une manière efficace la consommation d’énergie, de l’eau et d’encourager le recyclage des déchets industriels et ménagers. Sur ce point notre pays à beaucoup à faire. L’objectif final est une utilisation rationnelle des ressources.
  • Changement climatique: prendre les mesures nécessaires pour lutter contre les répercussions des changements climatiques et les calamités naturelles. Les effets désastreux des inondations, surtout au nord ouest du pays, frappent chaque hiver une population sans défense. Une action du gouvernement est urgente pour atténuer les conséquences douloureuses des citoyens de cette région.
  • Vie aquatique: elle se résume dans la conservation et l’exploitation durable de la mer et des ressources marines (pèche) et ne pas polluer la mer.
  • Vie terrestre: il importe de protéger et restaurer l’usage des écosystèmes terrestres. Reboiser les espaces défrichés et lutter contre les incendies des forêts. D’autre part, un effort est à conjuguer pour limiter la désertification du sud de notre pays.
  • Paix et justice: la Tunisie est aujourd’hui considérée comme une démocratie naissante. Mais elle ne sera émergente que si elle engage deux réformes urgentes ; la justice et l’intérieur.
  • Partenariat: Tous les efforts consentis pour assurer ces objectifs seront en vain si le pays ne s’implique pas dans une large coopération Nord Sud et Sud Sud pour appuyer ses plans de développement.

La Tunisie pourra affirmer son statut de démocratie émergeante si elle se conforme aux exigences du développement durable. Il lui sera facile d’attirer les investissements étrangers et demander l’assistance technique des agences des Nations Unies.

Documents utiles


pdfRapport National Volontaire Sur la Mise en Œuvre des ODD8.28 Mo

Actualités

ong env
biaa clic
appel gratuit
open data fr
acces info administrtifs