Decrease font size Decrease font size Decrease font size
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Introduction

La Tunisie a été à travers son histoire l’une des destinations privilégiées pour les touristes et les randonneurs qui se sont déployés à décrire la richesse de sa nature, la magie de ses paysages, la clémence  de son climat et l’éclat de sa civilisation. Les illustrés et  les manuscrits qui nous sont parvenus, les sites archéologiques et les mosaïques qui ont été retrouvés dans toutes les régions du pays sont la preuve que tout ce dont regorge la Tunisie, berceau de civilisations et modèle de cohabitation entre les religions, d’atouts potentiels de promotion et de développement du tourisme écologique, culturel et archéologique.


Depuis quelques décennies, la Tunisie a œuvré pour le  la promotion de  l’investissement dans le secteur touristique où des percées qualitatives ont été réalisées, dans différents produits allant du tourisme balnéaire au tourisme thermal et culturel en passant par le désert, les congrès et le golf. Un programme a également été mis en place pour le lancement et la promotion du  tourisme écologique qui séduit une clientèle de plus en plus importante et qui œuvre pour la protection et le respect de l’environnement.


Pour rappel, la notion de tourisme écologique, employée depuis quelques décennies s’appuie sur quelques principes, qualifiant cette activité comme produit touristique responsable, à faible impact sur l’environnement, générant des bénéfices pour les citoyens et les collectivités locales. En s’appuyant sur ces principes  consécrant le tourisme durable ou le tourisme solidaire, le tourisme écologique se base sur :

  • La volonté de découvrir les secrets de la nature et de la diversité biologique.
  • Le respect et la protection de l’environnement.
  • La responsabilité du visiteur dans son rapport aux milieux naturels et aux collectivités locales.
  • La passion de la découverte et de l’aventure.
  • Le besoin de pratiquer des sports tels que la randonnée et l’escalade.
  • Les pratiques scientifiques surtout celles qui sont en rapport avec la diversité biologique.
  • Le désir de connaître les spécificités sociales et culturelles des collectivités locales.
  • La participation du visiteur à l’amélioration du site et à la revalorisation du niveau de vie de ses habitants.

En prenant en considération l’importance de ces données, ainsi que les aptitudes du tourisme écologique, le ministère de en charge de l’environnement, en collaboration avec divers ministères et parties concernées, a mis en place un programme de promotion du tourisme écologique, qui comprend notamment :

  • L’identification des circuits  de tourisme écologique.
  • L’amélioration de l’infrastructure d’accueil pour la promotion et la mise en valeur  du tourisme écologique.

L’identification des circuits de tourisme écologique    

Plusieurs études ont permis d’inventorier les potentialités  qui peuvent être mises en œuvre pour la promotion du secteur du tourisme écologique compte tenu de la facilité de leur mise en exploitation et de leur  capacité à répondre aux attentes d’une clientèle à la recherche d’un produit nouveau et innovant . Ces études confirmé l’importance et la richesse de ces potentialités disponibles dans notre pays, classées et regroupées  au sein des circuits thématiques suivants :

  • Circuit d’écotourisme  « Route de l’eau de Zaghouan à Carthage »
  • Circuit d’écotourisme «Mémoire de la terre, Sahara  et Oasis »
  • Circuit d’écotourisme des « forêts »
  • Circuit d’écotourisme de « l’olivier »
  • Circuit d’écotourisme « Iles Tunisiennes »
  • Circuit d’écotourisme « Villes Andalouses »

L’amélioration de l’infrastructure d’accueil pour la promotion  du tourisme écologique.

Afin de faciliter la visite de ces circuits, des centres d’écotourisme ou ‘’aires de repos’’ ont été aménagés  visant à :

  • promouvoir le marketing des régions et des circuits (systèmes écologiques, diversité biologique, paysages naturels).
  • La mise en valeur de la richesse du patrimoine culturel de la région (zones archéologiques, musées, patrimoine culturel).
  • Le marketing des produits de terroirs et la dynamisation de l’activité économique au niveau local.
  • Offrir aux visiteurs des services décents et de qualité.

A cet effet, il a été opté à réaliser des projets pilotes pour la promotion, des infrastructures d’accueil des circuits d’écotourisme ‘’Route de l’eau de Zaghouan à Carthage’’, de la ‘’Mémoire de la terre Sahara et Oasis’’ et des ’’Forêts’’, dont on peut citer :

Aménagement  de la station de  départ du circuit ‘’Route de l’eau de Zaghouan à Carthage’’

Ce parcours met en valeur le génie de l’esprit humain depuis l’époque romaine lorsque l’empereur Adrien a ordonné d’alimenter en eau potable les habitants de Carthage, à partir de la source des eaux émanant de Jbel Zaghouan (Montagne de Zaghouan). Avec cette décision, il a donné le signal de démarrage de la plus grande et plus importante installation d’adduction et de transport d’eau de l’époque romaine.
L’étude visant la revalorisation de ce parcours a abouti à des propositions d’aménagement de stations  à thème tout au long du parcours allant de la source de Zaghouan jusqu’aux Citernes de Maalgua à Carthage. Les thèmes de ces stations  tournent autour de l’évolution des techniques de gestion de l’eau à travers les âges et les usages.

Le programme d’aménagement de la station de départ à Zaghouan englobe diverses composantes :

  • L’aménagement d’un jardin archéologique.
  • Déviation et aménagement de la route menant au parc national de Jbel Zaghouan .
  • La construction et l’équipement d’un musée écologique.
  • L’aménagement d’un centre d’animation touristique.

L’aménagement du jardin archéologique :

Ce projet a concerné  les travaux de génie civil nécessaires pour  la démolition et le dégagement de   bâtiments délabrés,  la création d'espaces verts et des espaces de loisirs en face du célèbre monument historique ‘’Temple des eaux’’. L’objectif consiste  à assurer une meilleure intégration du  monument dans son environnement naturel d’une part et à faciliter sa classification en tant que patrimoine mondial. Les interventions ont permis de promouvoir l’esthétique du périmètre environnant le  temple et d’autre  monuments existants, en l’occurrence ( le petit temple et le Grand Bassin).

                                                         temple         gardin         gardin2                                               

 

L'aménagement et l'équipement du musée écologique

Il s’agit de la construction et de l’équipement  d’un musée écologique à l’entrée du parc national du Jbel Zaghouan. Ce musée est pourvu de nombreuses expositions, peintures et sculptures qui témoignent de la richesse de la biodiversité dans la région d'une part et des spécificités patrimoniales et civilsationelles de la ville de « Zaghouan » d’une autre part, dont notamment l’aspect rituel ( Mausolée  Sidi Ali Azzouz ), les outils et les produits d’artisanat,….

Les images qui suivent illustrent quelques peintures et sculptures du musée écologique :

                      eco2 04   eco3 04   eco4 03  
             
            eco5   eco6   eco7

 

L’aménagement d’un centre d’animation touristique

Il s’agit de l’aménagement d'un centre d’animation touristique au voisinage lointain du temple des eaux de Zaghouan. Ce centre comprend  :

  • Café et Restaurant  
  • sanitaires
  • Magasins de vente de produits de terroirs
  • Parking

Grâce à ces réalisations la station est devenu un espace  plus attractif pour  les familles de la ville de Zaghouan et des villes voisines.

carte ecoutorisme

Aménagement d’un circuit d'écotourisme « Mémoire de la terre, du désert et des oasis »

Ce circuit est un témoignage d’originalité, de richesse et d’innovation. Il présente une image vivante des coutumes, des traditions et du savoir faire local des populations du sud Tunisien (Gabès, Médenine, Tataouine, Gafsa, Tozeur et Gbéli ). C'est une destination privilégiée aussi bien pour les touristes que pour les Tunisiens.

  • L’aménagement de ce circuit qui passe par tous les gouvernorats du sud tunisien et la plupart de ses villes comprend la construction de centres d’écotourisme à proximité des divers écosystèmes et centres d’intérêt dont on peut citer :Oasis Montagneuses, continentales, désertiques et littorales
  • Ecosystèmes désertiques
  • Parcs nationaux, infrastructures hydrauliques, chutes naturelles
  • Ksours sahariens, Troglodytes,…
  • Musées, coupes géologiques
  • Savoir faire local, patrimoine

Afin de mieux promouvoir ce circuit et ses  mystères, un livret a été publié ; en vue de permettre à son lecteur  de visiter virtuellement environ 30 sites potentiels du circuit.

Sept centres d’écotourisme ont été identifiés le long du circuit. Les efforts sont actuellement déployés en vue de :

  • Faciliter l’exploitation et la mise en service des centres réceptionnés, et ce à Guermassa, Tamazrat, et El Guetar relevant respectivement des gouvernorats deTataouine, Gabes et Gafsa
  • Suivre les travaux en cours pour le centre prévu à Sabria relevant du gouvernorat de Kébili
  • Lancer les travaux d’aménagement des centres prévus à Bir Lahfay relevant du gouvernorat de Sidi bouzid et à Mides et Chebika relevant du gouvernorat de Tozeur.

Les photos suivantes illustrent la richesse du circuit de ses composantes :

            eco9 09         eco8 09   eco10 09  
             
            eco11 09   eco12 09            eco13 09

 

Le programme fonctionnel de ces différents centres comprend les composantes principales suivantes:

  • Espaces services pour les visiteurs ( café, restaurant et sanitaires)
  • Espaces pour la vente des produits de terroirs et des produits d’artisanat
  • Eco musée  présentant le circuit et ses potentialités.
  • Systèmes de production d’énergies propres.

 

eco14   eco15   eco17   eco18  
                 
eco19   eco20   eco21   eco22

 

Aménagement du circuit «  Les forêts »

Ce circuit vise à promouvoir la gestion des forêts Tunisiennes couvrant environ 1 200 000 hectares en les intégrant dans le domaine de promotion de l'écotourisme, et ce pour des fins de préservation et de protection des écosystèmes naturels  et d’amélioration du niveau  de vie des collectivités avoisinantes. Dans ce contexte et en coordination avec le Ministère de l'Agriculture et les autorités régionales, plusieurs projets pilotes ont été réalisés dont on peut citer:

Aménagement du circuit Écotourisme « Hammam Bourguiba »  dans la région de Ain Draham

Ce circuit relie les villages « Babouch » et « Hammam Bourguiba » dans la région de  Ain Draham, gouvernorat de Jendouba. Il passe à travers une forêt dense caractérisée par une biodiversité riche en espèces animales et végétales et des paysages magnifiques, non obstant  le charme d'eau ruisselant dans les vallées et les cours d’eaux.


Dans le cadre de ce projet ont été aménagées des aires de repos au  niveau du  Pont romain, , station de la source, station du cerf,  station Rmal Dardara. Trois kiosques de promotion des produits de terroir ont été aussi aménagés au niveau de ces stations.

                                                         circuit ecotour          circuit ecotour2         circuit ecotour3                                               

Circuit de tourisme écologique dans le parc national de Boukornine

Ce projet vise à renforcer les activités écotouristiques au parc national de Boukornine compte tenu de son emplacement limitrophe par rapport à la  capitale ; et ce en offrant un espace relaxant et attractif pouvant servir aux populations nationale et étrangère. Ce programme comprend  en l’aménagement de:

  • Unité de réception
  • Espace service (buvette et restaurant).
  • Un musée écologique et une bibliothèque verte.
  • Circuits de jeux et d'aventures (sports extrêmes)
  • Unité pour la production d'électricité à base d’énergie éolienne et photovoltaique

 

                                                         eco1         eco2         eco3                                               

Circuit :  Parc national du Chaâmbi

Le parc national du Chaâmbi d’une superficie de 6723 hectares,  sis à 17 km à l'ouest de Kasserine, a été créé en 1980 pour préserver la gazelle de montagne et les plantes spécifiques de la dorsale  (pins d'Alep,  liège vert).

un ensemble d'activités ont été exécutées dans le parc pour promouvoir le tourisme écologique dont les plus importants sont l'aménagement d'une salle d'exposition permanente dans le musée, l'aménagement de sentiers pour la promenade et le loisir, l'installation de panneaux d'information, l’édition et la diffusion  de prospectus et de moyens de sensibilisation audiovisuels.

Des aménagements visant l’offre et la mise à disponibilité de services décents ont été construits à l’entrée du parc  (petites unités d’hébergement,  espaces de loisir et d’animation adaptés au milieu forestier) afin de promouvoir les conditions de visite du parc  aussi bien pour les randonneurs et visiteurs que pour  les familles tunisiennes.

                                                                   chaanbi         chaanb2i                                               

 

Étude de promotion de l'écotourisme au Jbel El Haouaria

Afin de rationaliser l’exploitation des ressources naturelles, de mettre en valeur les écosystèmes et les paysages naturels et de promouvoir le patrimoine culturel et traditionnel, une étude a été réalisée en vue d’élaborer un plan d’action portant sur l’appuie et le renforcement des activités de tourisme écologique dans la montagne de la Haouaria au gouvernorat de Nabeul. Cette étude vise essentiellement à :

  • Réaliser une étude bibliographique et recueil des données écologiques, sociales et foncières du site.
  • Réaliser une consultation auprès des services concernés au niveau national et local afin d’identifier les priorités.
  • Inventorier et identifier les potentialités naturelles et culturelles de la région qui peuvent être exploitées pour les besoins de développement du tourisme écologique.
  • Définir les activités spécifiques pour la promotion du tourisme écologique dans la région.
  • Proposer un plan d’intervention pour la mise en œuvre des activités identifiées.

Les résultats préliminaires de cette étude ont permis de mettre en lumière l’importance des sites et des paysages naturels de la Haouaria ainsi que la richesse de ses ressources qui peuvent être mises en œuvre dans des circuits écotouristiques dans la région alliant les plaines étendues, aux plages rocheuses et sablonneuses aux sites montagneux.

En plus de ces paysages naturels, la région se caractérise par ses sites spécifiques tels que les grottes (grotte des chauves-souris)  et ses forêts (forêt Dar Chichou qui est une réserve pour les animaux sauvages menacés d’extinction). Ces sites naturels renferment également une flore variée qui inclut certaines plantes ayant des caractéristiques particulières, comme les plantes aromatiques et celles qui s’adaptent aisément aux sites biologiques sauvages ou marins.

La région de la Haouaria comprend également plusieurs sites à fort intérêt culturel, classés au sein du patrimoine mondial de l’UNESCO, à l’instar de Demna, Oued Ksab et Karkouan, ainsi que des sites historiques qui datent du VIIIème siècle avant JC, en plus de l’importance du patrimoine et des manifestations culturelles ayant lieu dans la région.

Tous ces éléments constituent une base solide pour la mise en place d’activités autour du tourisme écologique. Ils seront mis à profit dans le cadre d’un programme de travail comprenant diverses activités à engager par les acteurs concernés.

Le programme de travail se baserait essentiellement sur :

  • La mise en place de circuits de circuits écotouristiques qui allient la diversité biologique, les paysages naturels et les sites spécifiques.
  • La revalorisation du patrimoine traditionnel, culturel et historique de la région.
  • La proposition d’une infrastructure qui comprendrait des centres d’accueil, des musées écologiques et des centres d’exposition et de vente des produits locaux.

Documents utiles

pdfLa promotion de l'écotourisme à Jbel El Haouaria148.31 Mo

pdfStrategis et plan d'action pour la promotion de l'écotourisme à Jbel El Haouaria 2.17 Mo

Étude stratégique pour la promotion de l'ecotourisme en Tunisie

Afin de consolider les acquis en matière de tourisme écologique et de mieux définir le rôle et les missions des différents intervenants dans le secteur de l’écotourisme, le ministère de l’environnement et du développement durable a mis en place une étude concernant « la stratégie de la revalorisation de l’écotourisme en Tunisie », et ce en collaboration avec l’agence de coopération technique allemande.
La première étapede cette étude a abouti à un ensemble de conclusions, parmi lesquelles on notera :

  • L’existence d’importantes potentialités et paysages naturels pouvant être utilisés dans le secteur de L’écotourisme dans les différentes régions de la Tunisie.
  • L’existence de plusieurs activités en liaison avec l’écotourisme dans de nombreuses régions tunisiennes.
  • L’augmentation de la demande en matière de destinations écologiques au niveau national et international.
  • La nécessité de développer le tourisme écologique en Tunisie, sachant que de nombreux marchés prometteurs s’intéressent au produit touristique tunisien.
  • La nécessité d’une reforme institutionnelle afin de garantir le développement du secteur.

La deuxième étapea abouti à la proposition d’une stratégie de promotion de l’écotourisme et qui se base surtout sur :

  • Considérer le tourisme écologique comme une activité touristique à part entière.
  • Consolider le volet réglementaire et juridique afin d’impulser l’investissement privé.
  • Développer des mécanismes de financement dans le secteur de l’écotourisme.
  • Renforcer  l’infrastructure et les équipements nécessaires pour faciliter l’installation de promoteurs privés désirant investir dans le secteur de l’écotourisme.
  • Définir les rôles et les missions des parties concernées selon leurs spécialités.

Afin de mettre en place ces stratégies,la troisième partiede l’étude propose un ensemble d’orientation et d’activités pratiques pouvant être classées selon les thèmes suivants :

  • Renforcement du secteur de l’écotourisme, surtout en ce qui ce concerne le volet institutionnel et reglementaire.
  • Une meilleure promotion de l’écotourisme et des possibilités de son développement au niveau régional.
  • Garantir la qualité du tourisme écologique à travers la mise en place d’un guide méthodologique de certification  des projets en question.
  • Optimisation de l’exploitation des parcs nationaux dans le domaine du tourisme écologique, en tenant compte d’un cahier des charges de l’exploitation par les privés.
  • Développer des mécanismes de financement adaptés aux programmes et aux projets de développement du tourisme écologique.
  • Renforcement des capacités des autorités régionales et du secteur privé pour la promotion de l’écotourisme
  • Intensifier la sensibilisation et la formation des diverses parties concernées.

Il a également été noté qu’il serait nécessaire d’évaluer correctement les besoins financiers et de restructurer les modes de financement afin de mieux mettre en application ces programmes.

Documents utiles

pdfEtude stratégique sur l'écotourisme506.47 Ko

pdfEtude stratégique sur l'écotourisme 3éme partie461.29 Ko

pdfRapport de l'étude stratégique (GTZ) Phase II389.79 Ko

pdfSynthèse VF écotourisme147.73 Ko

Etude de « la stratégie d'adaptation du secteur du tourisme au changement climatique »

Une étude a été réalisée par le ministère chargé de l’environnement en coopération avec la GIZ ‘’Agence de coopération technique allemande’’, intitulée ‘’Etude stratégique d’adaptation du secteur de tourisme aux changements climatiques.

La première phasede l’étude a porté sur :

  • Le diagnostic  du secteur touristique en Tunisie et l’évaluation des impacts des principales activités touristiques, surtout celles utilisant des ressources naturelles.
  • L’étude approfondie des cadres institutionnels et reglementaires  du secteur touristique et ses rapports avec les autres secteurs connexes (Le transport, l’environnement, le commerce, l’aménagement du territoire)
  • L’identification des impacts environnementaux, sociaux et économiques des changements climatiques sur le secteur touristique ainsi que l’évaluation de leurs  coûts économiques, sociaux et environnementaux.

La deuxième phasea abouti à la proposition d’alternatives pour l’avenir afin d’adapter le secteur, et ce à travers la mise en place d’une stratégie nationale, et une définition  des responsabilités des divers acteurs nationaux, en proposant des procédures d’accompagnement (institutionnelles  et reglementaires ).


Pendant cette deuxième phase de l’étude, deux projets pilotes prioritaires ont été choisis :

  • Le réaménagement d’un complexe touristique afin de se prémunir contre les éventuels effets des changements climatiques.
  • La révision du plan de réaménagement d’une station touristique en tenant compte des éventuels effets des changements climatiques.

Documents utiles

pdfLa rénovation et l'amélioration d'un hôtel existant161.57 Ko

pdfExaminer le projet de développement d'une future station touristique185.76 Ko

pdfLe rapport final383.64 Ko

pdfSynthèse383.64 Ko

pdfPlan d'action106.67 Ko

Actualités

ong env
biaa clic
appel gratuit
open data fr
acces info administrtifs