Decrease font size Decrease font size Decrease font size
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

1.Elaboration de la stratégie nationale et plan d’action de communication et de sensibilisation pour la biodiversité :

L’objectif à atteindre étant la conservation de la biodiversité en Tunisie, la stratégie de communication et de sensibilisation émane de la problématique de la dégradation de la biodiversité et de la conviction indéniable de la communauté internationale de l’absolue nécessité de déployer tous les efforts et de prêter toute l’attention nécessaire à la conservation de la biodiversité, afin d’utiliser durablement ses composantes, tout en assurant le partage juste et équitable des profits qu’elle génère. La stratégie s’inspire aussi des fondements et des justificatifs de la CDB ainsi que des principes d’Aichi en matière de conservation de la biodiversité.

La stratégie nationale de communication et de sensibilisation identifie quatre orientations, cinq axes stratégiques, un objectif global, dix objectifs spécifiques, à partir desquels quarante-deux activités/ programmes ont été définies.

Les principales activités/programmes de communication et de sensibilisation à entreprendre comprennent notamment les thèmes suivants:

  • Sensibilisation à la création d’un climat favorable à la mise en oeuvre de la stratégie de communication et sensibilisation en relation avec les principes de la CDB, les objectifs d’Aichi et les objectifs nationaux en matière de conservation de la biodiversité,
  • Conscientisation des groupes cibles et parties prenantes en relation avec la conservation de la biodiversité en vue du changement de comportement vis à vis de l’utilisation des services éco systémiques et sensibilisation à la pérennisation des changements d’attitude
  • Sensibilisation à la prise en compte des préoccupations des groupes cibles lors de l’élaboration des études stratégiques et sectorielles,
  • Production de supports de communication et de sensibilisation en matière de conservation de la biodiversité,
  • Manifestations nationales : évènements et fêtes et relation presse,
  • Campagnes d’information et de vulgarisation à tous les niveaux et plus particulièrement auprès de la femme et des jeunes pour consolider le présent et engager le futur,
  • Campagnes de plaidoyer et de lobbying,
  • Formation en relation avec la conservation de la biodiversité.

pdfLien vers l’étude 0.00 Ko

2.Elaboration du plan de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre des SPANB

Cette étude a été menée sur la base de l’examen et la valorisation de la documentation existante, la conduite d’entretiens avec des représentants des acteurs/partenaires institutionnels des différents secteurs de l’activité économique qui seraient en mesure d’être impliqués de près ou de moins, directement ou indirectement, par le financement de la biodiversité.

Cette étude a été structurée en 4 principaux chapitres :

  1. Le premier chapitre, à caractère introductif, a consacré un examen du contexte général de l’étude et son objectif, l’introduction d’un certain nombre de définitions clés, une caractérisation de la biodiversité en Tunisie et une revue de l’historique du financement et des initiatives de financement des activités environnementales en général et de la biodiversité en particulier ;
  2. Le second a consacré l’établissement d’un état des lieux exhaustif dans le domaine du financement des programmes et actions de conservation et de protection de la biodiversité qui a comporté un examen et une analyse des programmes et action de conservation et de protection de la biodiversité en Tunisie et une analyse des problématiques du financement de la biodiversité en Tunisie dans la situation actuelle.
  3. Le troisième a été consacré à l’évaluation des coûts et des déficits en rapport avec la mise en oeuvre du plan d’action national en vigueur pour la biodiversité ; cette évaluation est passée par un ajustement transitoire du contenu du plan d’action;
  4. Le dernier chapitre a consacré l’élaboration d’un plan de mobilisation des ressources pour le financement de la biodiversité en passant par une brève revue de l’expérience internationale en matière de financement innovant de la biodiversité et l’identification des axes stratégiques pour la mobilisation des ressources en Tunisie.

pdfLien vers l’étude 0.00 Ko

3.Elaboration d’une étude portant sur l’impact des changements climatiques sur la Biodiversité

Cette étude se déroule en deux phases relatives aux diagnostic et analyse de l’état des lieux et les orientations stratégiques et plan d’action relatif à l’adaptation de la biodiversité aux changements climatiques.

Dans ce document, des orientations stratégiques ont été proposées visant à :

  • Favoriser une plus grande intégration du changement climatique dans les programmes et stratégies liés à la Biodiversité ;
  • Intégrer les changements climatiques dans les programmes de développement durable ;
  • Assurer l’adaptation des éléments de la biodiversité (écosystémique, spécifique) aux effets des changements climatiques.

Un plan d’action détaillé d’adaptation des éléments de la Biodiversité face aux changements climatiques été proposé. Ce plan est axé, entre autre, sur ce qui suit :

  • des mesures d'adaptations des éléments de la biodiversité en Tunisie aux changements climatiques d’aspects sectoriels et intersectoriels ;
  • des mesures pertinentes pour améliorer la capacité et la résilience des écosystèmes face aux changements climatiques ;
  • des mesures de restauration des écosystèmes;
  • des mesures d’amélioration de la résilience des écosystèmes ;
  • des mesures d’accompagnement pour permettre la mise en œuvre de ce plan d’action.

pdfLien vers l’étude 0.00 Ko

4.Elaboration d’une stratégie nationale et d’un plan d’action pour la prévention, la gestion et la lutte contre les espèces exotiques envahissantes en Tunisie

Les EEE constituent la deuxième cause de l’extinction des espèces au niveau mondial après la perte ou la dégradation et/ou la perte des habitats. Elles sont capables de se reproduire, se répandre et de coloniser des nouveaux territoires provoquant ainsi la perte d’habitats d’espèces indigènes et menacer leur diversité génétique. Ce risque est particulièrement important pour les petites populations autochtones isolées et de petite taille. La mondialisation de l’économie, la croissance continue des trafics aériens et maritimes et l’échange des biens entre différentes parties du monde, ont accéléré la propagation d’espèces en dehors de leur aire de répartition naturelle. Ce phénomène a été aussi favorisé par des facteurs environnementaux tels que les changements climatiques.

L’action immédiate visant la prévention, la gestion et la lutte contre ces espèces devient alors une nécessité pour d’une part protéger les espèces autochtones et d’autre part assurer le maintien de l’équilibre écologique. Ceci requiert la prise de conscience accrue et la coordination des efforts entre les différentes parties prenantes tant au niveau national, régional, sub-régional, qu’au niveau international. Il est donc impératif d’élaborer une stratégie nationale et un plan d’action pour évaluer les impacts et la portée des menaces que pourront exercer les Espèces exotiques envahissantes (EEE) sur les écosystèmes naturels et la diversité biologique.

Ainsi il y’a eu élaboration d’une stratégie et d’un plan d’action nationaux pour la prévention, la gestion et la lutte contre les espèces extatiques envahissantes et ce conformément aux dispositions de l’Article 8 (h) de la convention sur la Diversité biologique (Empêche d'introduire, contrôle ou éradique les espèces exotiques qui menacent des écosystèmes, des habitats ou des espèces).

Ayant couverte les domaines de la diversité biologique agricole, des montagnes, des écosystèmes forestiers, marins et côtiers, des eaux intérieures et des terres arides et subhumides de la Tunisie, cette étude a permis :

  • Hiérarchisation des espèces exotiques envahissantes et évaluation des risques futurs. Le résultat devra être une liste d’espèces, y compris tous les taxons (sauf micro-organismes) dans les milieux marins, terrestres et d'eau douce, considérées comme prioritaires très élevé ou élevé pour l'évaluation des risques. Cette hiérarchisation tiendra compte, entre autres, des coûts et des avantages de la présence et de l’abondance des Espèces Exotiques Envahissantes,
  • Identifier les domaines d’expertises et proposition d’un réseau de surveillance après la mise en place d’un système de listing des espèces,
  • Elaboration d’un bilan critique et analytique des outils législatifs et réglementaires nationaux, internationaux et régionaux, applicables aux espèces exotiques envahissantes et proposer d’autres mesures correctives sur les aspects règlementaires, juridiques et institutionnels,
  • Identification des actions au niveau national sous forme de plans de gestion d'espèces invasives en vue de limiter leurs impacts sur la diversité des espèces autochtones/locales et leurs habitats. Ces plans devront être déclinés en deux phases: une phase d’étude (bilan des connaissances, stratégie à court, moyen et long terme, déclinaison par des fiches actions) et une phase de mise en œuvre (définition de la durée du plan et encadrement par un comité de pilotage).
  • Avoir un cadre intégré, fixant des orientations stratégiques, permettant, dans des étapes ultérieures d’identifier les mesures concrètes, à mettre en œuvre à court, moyen et long terme pour une meilleure gestion environnementale,
  • Avoir un plan d’action détaillé pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de protection de l’environnement contre les introductions et la prolifération des espèces exotiques envahissantes.

pdfLien vers l’étude 0.00 Ko

Actualités

ong env
biaa clic
appel gratuit
open data fr
acces info administrtifs