Vous êtes ici : Portail de l'environnement  »  L'environnement en Tunisie  »  Profil environnemental du pays  »  Profil environnemental du pays

Projets et études

Projets en cours
Projets achevés

Annonces

Appels d'offres
Recrutements
Comment trouvez-vous le nouveau design de notre site web ?
Excellent
Bien
A améliorer

Votre avis nous intéresse, nous vous invitons à participer à l'amélioration de notre portail en donnant votre avis et vos propositions d'amélioration.

Cliquer ici pour participer

Profil environnemental du pays

Le relief

La Tunisie du Nord-ouest se situe dans l’extension du massif montagneux de l’Atlas qui prend source au Sud du Maroc et se subdivise en deux grands alignements orientés Ouest-Est : l’Atlas Tellien qui suit le littoral méditerranéen et l’Atlas Saharien qui s’estompe en arrivant au Cap Bon et au Golfe de Hammamet aux confins de la mer.

Entre le littoral nord et la vallée de la Medjerda, le Tell septentrional se présente sous forme de 3 alignements de moins en moins élevés en arrivant au littoral oriental entre le Cap Blanc et Ghar El Melh, et qui sont : les Monts de Khroumirie (culminant à 1000 m), les Monts Nefza (culminant à 600 m) et les Mogods (culminant à 500 m).

Au Sud de ces Monts, la vallée de la Medjerda est alimentée par plusieurs oueds (Mellègue, Tessa, Béja, Zarga), puis succède la zone collinaire des Monts de Téboursouk entre la ville du Kef et le Golfe de Tunis : c’est le Haut Tell. Plus au Sud, la Dorsale Tunisienne s’étale d’Ouest en Est, des Monts de Tébessa à la frontière algérienne jusqu’au Cap Bon, sur le littoral Est. Elle se compose de chaînons montagneux qui alternent avec des plateaux escarpés et des dépressions : Djebel Chaâmbi (1544 m), Djebel Semmam (1314 m), Djebel Serj (1347 m), Djebel Zaghouan (1295 m), Djebel Sidi Abderrahmane dans le Cap Bon (637 m). Plus au Sud de la Dorsale, l’Atlas Saharien se réduit à quelques unités montagneuses disséminées dans les hautes steppes : Djebel Mghilla (1378 m), Djebel Selloum (1373 m).

La région des hautes steppes à l’Ouest et des basses steppes à l’Est, est sillonnée d’Ouest en Est par quelques Monts isolés : Dj. Majoura (874 m), Dj. Bouhedma (790 m), DJ. Orbata (1165 m), Dj. Asker (608 m). Au Sud de Gafsa les dépressions des grands Chotts marquent le début de la partie horizontale du Sahara. Au Sud des Chotts et jusqu’aux confins du Dahar s’étale le Grand Erg Oriental. Les Monts du Dahar, les plaines de la Jeffara et d’El Ouara terminent le paysage de la Tunisie du Sud au bord de la méditerranée orientale avec l’Ile de Djerba.

Les sols

La diversité bioclimatique, géologique et morphologique, combinée avec une occupation diversifiée des sols (végétation naturelle, cultures en sec et cultures irriguées) est à l’origine de l’existence d’une mosaïque de sols pédo-génétiquement différents.

Ces sols sont confrontés à des facteurs naturels convergents (roches tendres, fortes pentes, averses brutales, couvert végétal peu denses) qui sont à l’origine de l’état de leur dégradation. Il s’agit essentiellement de l’érosion hydrique et éolienne, et de la salinisation.
Trois grandes régions se distinguent par la nature de leurs sols et les modes d’exploitation de leurs terres.

La Tunisie septentrionale

Elle se divise en deux parties, le Nord Ouest et le Nord Est :

  • La première, à potentiel agro–sylvo-pastoral, se distingue par ses sols hydromorphes et bruns acides caractérisant la chaîne montagneuse des Kroumirie–Mogods et des sols calcimagnésiques (Rendzines et Bruns calcaires) couvrant les glacis et versants du Tell et des vertisols associés avec des sols peu évolués d’apport alluvial plus ou moins hydromorphes, formant les plaines alluviales (Haute vallée de la Medjerda.).
  • La deuxièmes partie, soit le Nord Est, possède des sols très diversifiés : Rendzines, sols rouges, sols châtains, constituant une mosaïque de sols occupant les glacis et les versants et des sols peu évolués sains et assez légers dans les plaines. Les sols holomorphes sont cantonnés dans les dépressions et « Garâas ». On rencontre aussi des sols minéraux bruts érodés associés avec des sols bruns couvrant les pentes les plus accentuées (Jebel Abderrahmane).

La Tunisie centrale

C’est une région agro–pastorale, dominée à parts égales par :

  • Les sols lourds des plaines alluviales dont une grande partie est halomorphe (Basse steppe) ;
  • Les sols encroûtés calcaires squelettiques des grands glacis de la Haute Steppe alfatière ; et
  • Les sols profonds et légers des régions de Gammouda/meknassy où existait le riche parcours d’antan qui est presque complètement converti en arboriculture (oliviers, amandiers, etc.).

La Tunisie méridionale

C’est une région à vocation pastorale se distinguant par la présence de nombreux oasis autour des points d’eau. Elle se caractérise par:

  • Des collines un peu érodées, exception faite pour la chaîne des Matmatas ou des sols anthropiques sont crées derrière des barrages nommés « Jessours » implantés à travers les nombreux ravins ou eaux et sols sont collectés et intensément exploités en arboriculture (oliviers) ;
  • Des plaines côtières (la Jeffara) où on rencontre des glacis encroûtés à l’amont et des sierozems et des sols peu évolués à l’aval. Les parties déprimées sont occupées par des sols gypseux et des sols halomorphes.
  • Les vastes dépressions ou « chott » sont occupées par des sols très salés et stériles. Autour de celles-ci des bourrelets éoliens (Dhrâa), formés par des sols profonds sableux, sont occupés par les meilleures oasis (Tozeur, Degache) ;
  • La zone désertique, formée par l’Erg (succession de dunes de sables) et le Dhar où les sols sont complètement dénudés et caillouteux (Reg).
Envoyer votre vote...
Pas encore évalué.
Cliquez sur l'étoile pour évaluer cet élément.