Bonnes pratiques de Gestion Durable des terres au Gouvernorat de Siliana

 

Au Gouvernorat de Siliana, environ 70% des terres sont menacées par le phénomène de l'érosion. Des actions de conservation des eaux et du sol ont eu un impact très positif sur la consolidation en place du sol et la suppression du phénomène de l'érosion hydrique du sol. Certaines de ces actions furent menées dans le cadre de projets de développement et d'autres sont réalisées spontanément par les paysans eux mêmes.

Parmi les techniques de bonne pratique de gestion durable des terres au niveau du Gouvernorat de Siliana, on cite les actions suivantes :

  • le reboisement et la reforestation des zones en pentes
  • le labour dans le sens des courbes de niveau
  • protection de la biodiversité, cas du Jbel Serj
  • la consolidation du sol par des plantations fruitières
  • la technique de consolidation par des pierres sèches
  • la plantation de cactus
  • la mise en défens
  • la pratique d'une agriculture durable

 

Bonnes pratiques de Gestion Durable des terres au Gouvernorat de Siliana

 

Au Gouvernorat de Siliana, environ 70% des terres sont menacées par le phénomène de l'érosion. Des actions de conservation des eaux et du sol ont eu un impact très positif sur la consolidation en place du sol et la suppression du phénomène de l'érosion hydrique du sol. Certaines de ces actions furent menées dans le cadre de projets de développement et d'autres sont réalisées spontanément par les paysans eux mêmes.

Parmi les techniques de bonne pratique de gestion durable des terres au niveau du Gouvernorat de Siliana, on cite les actions suivantes :

  • le reboisement et la reforestation des zones en pentes
  • le labour dans le sens des courbes de niveau
  • protection de la biodiversité, cas du Jbel Serj
  • la consolidation du sol par des plantations fruitières
  • la technique de consolidation par des pierres sèches
  • la plantation de cactus
  • la mise en défens
  • la pratique d'une agriculture durable

 

Reboisement

Le reboisement et la reforestation des zones en pentes

Au niveau du Gouvernorat de Siliana, l'effort de reboisement déployé par les services techniques du CRDA a prouvé son efficacité. Cependant, la forte exposition du sol au phénomène de l'érosion hydrique, et l'absence du couvert forestier font qu'il faut multiplier ces efforts de reboisement au niveau de ce Gouvernorat.
Les  photos qui suivent illustrent des exemples de reboisement effectués au sein de la région de Siliana.

 

Le reboisement par l'usage d'espèces introduites, constitue un moyen très efficace de consolidation du sol sur les pentes.

 

En matière de foresterie, les espèces introduites, comme Acacia longifolia d'origine australienne, constituent une bonne technique de gestion durable des terres. En effet, en plus de la consolidation du sol en place, cette espèce est aussi considérée à usage multiple, en raison de son intérêt fourrager.
L'exploitation durable et soutenue de cette espèce se fait par la coupe raisonnée du bois et sa présentation comme aliment au bétail. En outre, cette espèce qui appartient à la famille des Fabaceae, présente l'avantage de fixer l'azote atmosphérique dans le sol, ce qui favorise et facilite l'installation d'autres espèces herbacées, qui à leur tour, fixeront le sol.
En plus des espèces fourragères introduites, le reboisement au niveau du Gouvernorat de Siliana est aussi réalisé avec grand succès par l'usage d'espèces autochtones, en particulier le Pin d'Alep (Pinushalepensis). Ce type de reboisement est aussi efficace dans la gestion durable des terres, en favorisant la remontée biologique dans les endroits reboisés. Ainsi, après le reboisement, on observe une grande diversité d'espèces végétales qui apparaissent en association avec le Pin, et constituent une formation végétale pluri-stratifiée, garantissant la consolidation en place du sol.

Apparition d'un peuplement forestier pluristratifié, lié au reboisement avec le Pin d'Alep. Il s'agit d'un bon outil de gestion durable de sol, en particulier dans les milieux en pente, tel qu'on peut voir sur la photo ci-dessus.

 

Dans le Gouvernorat de Siliana, le reboisement par l'usage du Pin d'Alep, constitue une pratique à généraliser dans tous les milieux escarpés et dénudés de tout couvert végétal.  En effet, en dépit de sa  faible vitesse de croissance, cette espèce est bien adaptée aux différents types de bio-climats de Siliana. Et pour plus d'efficacité, il est nécessaire de mette en place une pépinière forestière spécifiquement pour la production des plants de Pin d'Alep. Le succès du reboisement à Siliana avec cette espèce justifie la mise en place d'un programme à moyen terme, pour le reboisement de toutes les pentes nues, et exposées au phénomène de l'érosion hydrique.

Le Pin d'Alep est une espèce peu exigeante en eau, et à usage multiple. La production des graines de Zgougou constituera une source de revenus pour les populations locales, une fois que le peuplement a atteint le stade adulte. Cela motivera les populations locales à la protection des jeunes reboisements, et sera considéré comme un procédé de gestion participative durable des terres dans le Gouvernorat.

Structure d'un peuplement forestier adulte par l'emploi du Pin d'Alep sur un massif montagneux dans le Gouvernorat de Siliana.

 

 

Labour

Le labour dans le sens des courbes de niveau

Les courbes de niveau sont des techniques culturales mises en œuvre exclusivement pour réduire le ruissellement et les dégâts d'érosion. Il s'agit donc d'une pratique anti-érosive, très efficace, et ce indépendamment du type de bio-climat.
Il s'agit d'orienter les techniques culturales selon les courbes de niveau. En se faisant, on oriente la rugosité du sol due aux mottes et aux petits creux, perpendiculairement à la pente, de telle sorte que l'on ralentit au maximum le ruissellement des eaux.
L'efficacité de cette méthode est limitée aux pentes faible à moyenne. En effet, plus la pente est raide, moins la rugosité peut stocker d'eau.

Une variante consiste à alterner des cultures en bandes isohypses, de façon à cumuler l'effet précédent avec des rotations de cultures plus ou moins sensibles à l'érosion. En effet, le labour suivi d'un billonnage pouvait augmenter les risques d'érosion par le simple fait qu'il augmente la pente du terrain. En revanche, si on oriente les billons perpendiculairement à la plus grande pente, ceux-ci peuvent stocker dans le sillon une quantité non négligeable d'eau et de matériaux sableux ou limoneux en suspension.

Le billonnage en courbe de niveau est deux fois plus efficace que le simple labour en courbe de niveau; il réduit l'érosion à environ 30 % du témoin travaillé à plat pour des pentes de 1 à 8 %. Cependant, l'efficacité du billonnage diminue lorsque la pente augmente : en particulier sur de très fortes pentes, lors des averses exceptionnelle comme celles qui caractérisent la saison automnale à Siliana, où on risque la rupture des billons, provoquant de graves ravinements ou encore des glissements de terrain. C'est le cas en particulier si l'horizon de surface est sableux et très perméable, alors que les horizons de profondeur le sont beaucoup moins.

 

Pratique de la culture des céréales dans des billons, conçus dans le sens perpendiculaire à la pente. IL s'agit d'une technique efficace de gestion durable des terres.

 

Toute végétation herbacée, cultivée ou spontanée, convient pour couvrir la bande anti-érosive, et en particulier les herbes de la jachère naturelle, mais la présence de légumineuses à enracinement pivotant et des graminées à enracinement fasciculé profond, améliore l'infiltration de l'eau pluviale et retient le sol en place.
Dans le cas présent à Siliana, la culture des céréales  en bandes en sens perpendiculaire de la pente, constitue une pratique efficace de gestion durable des terres, et garantit en même temps un revenu adéquat à l'agriculteur.

On considère aussi que la bande d'arrêt se comporte comme une éponge qui absorbe partiellement les eaux de ruissellement et comme un peigne qui ralentit le ruissellement et provoque le dépôt des terres provenant du champ cultivé en amont. Les eaux de ruissellement s'infiltrent en profondeur ou sont freinées; la baisse de leur capacité de transport provoque alors le dépôt des éléments érodés les plus grossiers. D'où le maintient d'une bonne porosité et la formation d'une petite terrasse (5 à 20 cm par an) qui, à la longue transforme les paysages en une succession de champs en pentes douces et de talus protégés par la végétation herbacée.
Ce constat est bien visible sur les photos prises dans les environs de la ville de Siliana. Il est vivement conseillé de multiplier cette technique, là où le milieu le permet. Toutefois, bien que pour le moment ces bandes sont limitées à la culture des céréales, nous conseillons vivement aussi la pratique des cultures pérennes et de l'arboriculture fruitière. Cette dernière est apte à donner un rendement élevé, susceptible de garantir un revenu annuel respectable à l'agriculteur.

Les bandes sont parallèles avec la géo-structure du milieu. Il s'agit d'un procédé très astucieux et efficace pour la lutte anti-érosive.

 

Cette méthode peu coûteuse est pratiquée avec succès en vraie grandeur dans la région de Kessra, où les services des forêts ont entamé une vaste opération de reboisement en pente très abrupte (voir photo ci-dessous). Dans ce contexte, on constate que le traitement de ces milieux par le reboisement est rapide pour des grandes surfaces, sans intervention d'équipes topographiques trop lourdes et trop chères. Toutefois, il serait nécessaire de former la plupart des paysans dans ces zones à relief escarpé, afin qu'ils soient capables de tracer eux-mêmes les courbes de niveaux sur leurs parcelles.

Plantations forestières en bandes dans le sens perpendiculaire à la pente. Les billons sont tracés de façon telle qu'ils sont efficaces dans la rétention d'importantes quantités d'eau, favorisant la reprise des plants transplantés et la consolidation du sol en place.  C'est donc une bonne pratique de gestion durable des terres.  

 

 

Biodiversité

Protection de la biodiversité : Cas de Djebel Serj

La protection de la biodiversité sous bio-climat semi-aride, aride et sub-humide constitue un outil très efficace de protection anti-érosive et de gestion durable des terres. En effet, l'importance du couvert végétal du sol enrichit ce dernier en matière organique, ce qui accentue ses capacités de rétention hydrique, et limiter de ce fait le ruissellement.
Le parc national de Djebel Serj constitue un excellent prototype de préservation de la biodiversité au sein du Gouvernorat de Siliana. La diversité des espèces végétales, notamment les espèces forestières au sein du parc national de Jbel Serj, est caractéristique de ces biotopes.

Parmi les espèces présentes, on cite l'Erable de Montpellier, espèce emblématique de ce parc. Associées avec d'autres taxons forestiers, comme le chêne liège, le chêne vert et le Pin d'Alep, etc...., ces espèces enrichissent le sol par une importante couche d'humus, qui emmagasine d'importantes quantités d'eau de ruissellement. En outre, ceci constitue un excellent facteur de germination des espèces sous couvert forestier, ce qui  participe à l'amélioration de la biodiversité.

Importance du couvert végétal sur le massif montagneux du Jbel Serj.  On note bien le couvert  pluri-spécifique du peuplement forestier.

 

Le sommet de Djebel Serj est à son tour bien couvert par le massif forestier plurispécifique.

Parallèlement au peuplement forestier, le parc national de Jbel Serj abrite un cortège floristique diversifié, composé par des espèces de grand intérêt écologique et socio-économique.
Dans ce parc national, on constate la présence d’une formation relique d’Erable de Montpellier (Acer monspessalanum), Sorbus aria et Pyracantharacemiflora (rare en Tunisie), de même que la présence de la formation la plus méridionale de chêne liège en Tunisie. En outre, on y observe la présence de plusieurs faciès typiques de végétation, ainsi que la diversité de la flore et des formations végétales (Chêne Liège, Chêne Vert, Pin d’Alep, Olivier-lentisque) des versants et des oueds (végétation rupicole). 

Parmi les espèces présentes au sein du parc, et qui présentent un intérêt socio-économiques, on cite le Romarin, La bruyère, le lentisque, le Cyste, la Globulaire, l'Arbousier, etc....

Les photos qui suivent, illustrent quelques espèces d'intérêt écologique, économique et médicinale, très abondantes au sein du parc national de Jbel Serj.

Individu  de bruyère en pleine floraison, à l'intérieur du parc national de Djebel Serj.

 

Individu de Romarin en pleine floraison au sein du parc national de Djebel Serj.

 

Développement d'un individu d'Arbousier au sein du parc national de Djebel Serj.

 

Individu de Globulaire, en pleine floraison au sein du parc

 

 

 

Plantations fruitières

La consolidation du sol par des plantations fruitières

La pratique de l'arboriculture est intéressante sur plusieurs aspects. Ainsi, en plus de sa faible exigence en main d'œuvre (à l'exclusion de la taille et la récolte), elle est considérée comme étant rentable pour l'arboriculteur et l'agriculteur. En outre, par leur puissant système racinaire, les arbres fruitiers assurent une consolidation efficace du sol en place. Cette pratique est courante au niveau du Gouvernorat de Siliana pour la gestion durable des terres.

 

Usage de l'olivier à l'intérieur des banquettes pour la consolidation. 

 

Les différents projets réalisés dans les différentes délégations du Gouvernorat de Siliana ont permis la consolidation de plusieurs centaines d'hectares. L'olivier, particulièrement la variété Oueslati, est l'espèce fruitière la plus utilisée comme espèce efficace de consolidation des banquettes.
D'autres espèces, comme le figuier, le cerisier et le mûrier, sont également utilisées pour la consolidation du sol. Les paysans pratiquent avec l'arboriculture, des cultures annuelles en bandes. Il s'agit notamment des céréales, des cultures fourragères et des cultures maraîchères.

Pour plus d'efficacité de gestion durable des terres , il est conseillé de moderniser cette technique de GDT, et recourir à des variétés plus résistantes au stress hydrique (notamment durant les saisons du printemps et de l'été).

 

Plantation industrielle d'olivier, consolidant efficacement le sol en place. Le maintien des interlignes enherbés constitue un moyen très efficace de GDT.

 

 

Pierres sèches

La consolidation du sol par des pierres sèches

La technique de consolidation par des pierres sèches est aussi pratiquée au niveau du Gouvernorat de Siliana, comme un moyen de consolidation du sol en place et plus particulièrement en situation de pente. Cela permet de favoriser la remontée biologique efficace pour une gestion durable des terres. Cette technique doit être renforcée par des plantations forestières. La photo ci-après montre que la consolidation des bandes par pierre sèche est renforcée par la plantation de Pin d'Alep. En situation de pente escarpée, cette technique doit être fréquemment pratiquée, en raison de son impact très positif vis-à-vis de la gestion durable des terres.

Consolidation par pierre sèche, renforcée par une fixation biologique, avec plantation de Pin d'Alep.

 

Cactus

La plantation de cactus

Au sein du Gouvernorat de Siliana, la plantation de cactus est une pratique très courante. Cette espèce fourragère de type biochimique de photosynthèse CAM (Crassulacean Acid Metabolism), est très réputée par sa résistance à la sécheresse, notamment sous bio-climat aride et semi-aride.
Au Gouvernorat de Siliana, la plante de Cactus est aussi considérée pour ses qualités d'espèces à usages multiples, à savoir:

  • espèce d'intérêt fourrager,
  • espèce fixatrice du sol et empêchant le phénomène de l'érosion hydrique,
  • espèce d'intérêt fruitier,
  • espèce de haies de protection,
  • espèce de haies de brise-vent,
  • espèce favorisant la remontée biologique écosystémique.

Dans ce contexte, plusieurs centaines d'hectares furent plantés par du cactus, le cactus inerme ou bien le cactus épineux. Ces plantations sont réalisées dans le cadre de projet de développement intégré  et dans le cadre d'initiatives propres aux agriculteurs eux-mêmes.  L'Office de Élevage et du Pâturage (OEP) a effectué depuis 2004, plusieurs plantations de Cactus, dont l'impact sur la gestion durable des terres est aujourd'hui bien visible sur le terrain.

Efficacité d'une plantation de cactus sur la remontée biologique donc sur la gestion durable des terres

En outre dans le cadre des initiatives personnelles des agriculteurs eux-mêmes, des plantations de cactus pour des usages multiples, font l'objet d'un succès indéniable dans le processus de GDT. Ce qui est aussi  considéré comme étant une approche participative de l'agriculteur dans la GDT.  Des actions de vulgarisation et des programmes d'appui doivent être mis en place, afin de renforcer ces initiatives personnelles des agriculteurs, en vue d'accentuer la plantation de cactus.

 

initiative personnelle de l'agriculteur par plantation de Cactus, comme étant sa participation pour une GDT au Gouvernorat de Siliana.

Sur la photo ci-avant, on remarque bien l'ampleur du développement du Retama raetam, espèce fourragère et pastorale, en association avec un cortège floristique diversifié. Par cette initiative de plantation de cactus, l'agriculteur fait preuve d'une certaine autonomie en matière de gestion des ressources naturelles, et surtout une pratique de la mise en défens renforcée par la plantation d'un arbuste fourrager, s'agissant du Cactus.

Par sa structure, la plante de cactus facilite l'installation des autres espèces pastorales qui se réfugient sous les tiges épineuses de cette plante. L'adaptation de la plante de Cactus à l'aridité et à la sécheresse lui permet de se développer et croitre même en l'absence d'eau. Ceci n'oblige pas le paysan au recours à un apport hydrique, contrairement à d'autres espèces fourragères, cas de l'Acacia longifolia,  dont la croissance est bloquée sous l'effet de la sécheresse. 

Initiative personnelle de GDT par plantation de cactus, réalisée par les agriculteurs privés.

 

 

Plantation de cactus épineux par l'agriculteur

 

 

 

Mise en défens

La mise en défens

Comme pour le reboisement, la mise en défens est une pratique efficace pour la gestion durable des terres. En effet, en l'absence de pâturage, la remontée biologique du milieu se fait par un accroissement du couvert végétal et une augmentation de la productivité des groupements végétaux. L'importance du système racinaire servira à bien ancrer le sol en place. Ceci évitera l'érosion hydrique, et améliorera les caractéristiques physico-chimiques du sol. Le recyclage de la matière organique favorisera aussi l'émergence de nouvelles espèces végétales.

Au niveau du Gouvernorat de Siliana, cette méthode existe, mais n'est pas une pratique très courante et  très généralisée.

Sur la photo qui suit, on remarque nettement l'impact de la mise en défens sur la GDT. 

Remontée biologique sous l'effet de la mise en défens au Gouvernorat de Siliana. Il s'agit d'une bonne technique de GDT.

 

 

Agriculture durable

La pratique d'une agriculture durable
Pour l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE, 1993), une agriculture durable comporte quatre éléments à savoir :

  1. un système de production viable au plan économique en son état actuel;
  2. la préservation et la valorisation des ressources naturelles de base de l'exploitation agricole;
  3. la préservation ou la valorisation d'autres écosystèmes affectés par les activités agricoles;
  4. la création d'un cadre naturel agréable et de qualités esthétiques.

L'agriculture durable sera donc une agriculture qui peut durer parce qu'elle ménage son environnement et sauvegarde à long terme ses capacités de production. Il s'agit de préserver l'intégrité des moyens de production (sol, eau, etc.) tout en conservant la rentabilité de l'agriculture et en répondant aux besoins humains. Elle doit également prendre en considération divers aspects éthiques (toutefois cette dernière dimension n'est pas toujours prise en compte dans les définitions proposées, certaines mettant essentiellement l'accent sur les aspects environnementaux).

En définitive, une agriculture durable serait donc, dans l'idéal:

  1. respectueuse de l'environnement, préservant les ressources, maintenant le potentiel de production pour les générations futures et ne détruisant pas les autres espèces;
  2.  rentable pour les agriculteurs et praticable à long terme;
  3.  assurant la suffisance et la qualité de l'alimentation à toutes les populations;
  4.  équitable au niveau social et humain, entre les différents pays et dans chaque pays;
  5.  socialement acceptable (l'importance de l'éthique croît).
Au niveau du Gouvernorat de Siliana, l'agriculture durable a prouvé son efficacité en matière de GDT. Cependant, cette pratique est encore rare. Un effort de vulgarisation par des journées d'informations et des visites organisées pour inciter les paysans à une exploitation agricole durable, serait certainement très bénéfique, et surtout un modèle reproductible au Gouvernorat de Siliana, qui garantira une GDT et une lutte efficace contre l'érosion hydrique.